Ceux qui ne sont pas en couple,
…et voudraient éventuellement l’être.

Le couple concerne aussi ceux qui ne vivent pas eux-même en couple. Pour simplifier, nous les appellerons célibataires.  Certains ont choisi ce mode de vie, pour diverses raisons et s’en portent bien ; d’autres ne l’ont pas choisi mais se sont adaptés et ne cherchent pas vraiment à en sortir. Ce qui suit ne s’adresse pas à ceux-là.

Par contre, nombreux sont ceux qui ne vivent pas, ou ne vivent plus, en couple et voudraient bien vivre ou revivre cette expérience. Mais ils sont souvent désemparés, ont peur de ne pas y parvenir. Ils cherchent ou croient chercher, comme ils peuvent, et arrivent parfois à se décourager, à croire que ce n’est pas possible, ou pas pour eux, influencés éventuellement pas les idées de tout genre qui circulent sur le sujet. C’est à eux que s’adressent ces prochaines lignes, afin qu’ils ne perdent pas espoir et aillent vers ce qui va les rendre heureux. Elles sont rédigées dans l’esprit de l’approche éco-systémique. Pour approfondir, il faudra donc s’y référer, et s’intéresser à la « théorie du couple ». Mais elles peuvent aussi se lire de manière autonome.

Il n’y a pas de méthode infaillible pour trouver le compagnon ou la compagne qui vous rendra heureux. Mais il y a des méthodes pour rendre une telle rencontre probable. La chance n’aura ainsi qu’un petit effort à faire. Nous proposons diverses étapes de réflexion et action qui permettent d’arriver à ses fins, à condition de les adapter à sa propre personne. Mais attention! Il ne s'agit pas d'une méthode pour être amoureux - c'est sans doute impossible - mais pour faire des rencontres qui pourront, peut être, conduire à vivre une relation amoureuse, et éventuellement déboucher sur une vie de couple satisfaisante.

 L'amour ne vient pas sur commande, mais il ne vient pas non plus si l'on n'a pas préparé le terrain pour l'accueillir.

1°) Pourquoi vouloir être en couple ?

C’est la première question qu’il faut se poser. Qu’est-ce qui fait que l’on a tant envie de se retrouver avec un conjoint? Prendre le temps d’être au clair avec son désir, ce qu’on en attend, les raisons diverses - bonnes ou moins bonnes - qui vous poussent vers la recherche d’une vie de couple, est indispensable. On risque sinon de se fourvoyer dans sa recherche et de ne pas trouver ou - pire - de mal trouver, d’être déçu, de souffrir, et de s’enfoncer dans son problème.
En se référant au modèle éco-systémique, on trouvera divers niveaux de motivation pour être en couple :

  • Liées à notre espèce humaine : nous sommes des mammifères et cherchons des partenaires de l’autre sexe pour nous reproduire

  • Sociales : nous sommes dans une société qui valorise le couple et fait reposer sur lui sa stabilité, son développement, sa pérennité.

  • Familiales et relationnelles : nous sommes influencés par notre environnement proche et avons plus ou moins consciemment envie et besoin d’être conforme à ce que nos proches attendent de nous

  • Personnelles : nous avons des motivations qui n’appartiennent qu’à nous et sont différentes des précédentes, voire contradictoires. Elles sont liées à notre histoire, à nos choix, nos convictions.

Toutes ces motivations sont importantes et il convient de les examiner sans détour. Aucune n’est meilleure que l’autre, aucune n’est inavouable, aucune n'est indigne d’intérêt, mais il faut bien s’assurer que l’on accepte cette motivation et qu’on la place au bon endroit. Il n'est pas gênant, en soi, d'être influencé par son environnement. C'est même très naturel. Mais il est bon de le savoir et d'accepter cette influence, ou de la refuser, ou de la modifier. Par exemple, le désir d’avoir une descendance est tout à fait légitime. Chez les femmes qui n’en ont pas, cela entraine une forte motivation pour trouver un partenaire, lorsque l’âge avance. C’est aussi vrai pour les hommes mais de façon différente. Mais cette motivation biologique et psychologique est relayée par la forte pression de conformité sociale et environnementale qui voudrait qu’une femme soit mère et le lui rappelle souvent à l’arrivée de la quarantaine. Dans ce cas, il est important de se demander à quelle motivation on répond et si on la fait sienne. Si l’on cherche un conjoint surtout pour ne plus entendre (par exemple de la part des parents ) « alors, quand est-ce que tu nous fais un bébé ? » cela risque fort de ne pas aboutir, ou aboutir à un couple peu épanouissant. Par contre si c’est dans le désir profond d’être mère et de fonder une famille, ce désir mérite d’être écouté et suivi.

La connaissance de ses motivations va permettre de mieux se préparer aux rencontres qui vont se présenter et d’éviter les fausses pistes ou les déceptions à répétition.