Deuxième suite : dure et sincère.

Lorsqu’ils se revoient en tête à tête, l’ambiance est tendue. Elle prend la parole :

- Tu m’as fait très mal, tu sais. Tu m’as menti, tu m’as trompée.
- Toi aussi, tu m’as fait mal. Tu m’as fait espionner et tu n’as pas voulu entendre mes explications. Je voulais mettre fin à ma relation avec Zora, mais ça ne pouvait pas se faire comme ça. Tu ne m’as pas fait confiance. Tu n’avais pas à savoir ce qui se passe dans ma vie en dehors de toi.
- Tu m’avais dit que c’était simplement une amie.
- Tu n’aurais pas accepté la vérité ; tu es trop possessive. Je n’ai rien fait de mal. Nous ne sommes pas mariés.
- Mais nous étions ensemble, en couple.
- Et alors ? pour toi, ça veut dire que tu as tous les droits sur moi. Ce n’est pas comme ça que je veux vivre. Je ne t’ai pas espionné, moi, je ne t’ai pas questionné sur ta vie.

La discussion sera courte car ils réalisent vite qu’il y a un fossé entre eux sur les notions fondamentales de fidélité, tromperie, engagement, couple, « être ensemble ». Pour Kevin, avoir embrassé son ancienne petite amie qu’il avait quittée n’était qu’un adieu, étranger complètement à sa relation avec Emma. Pour cette dernière, le fait d’être ensemble impliquait de tout se dire, et le droit pour elle d’aller savoir. Il y a trop de différence entre eux sur leurs représentations de ce que peut être la relation amoureuse et la vie de couple, même s’ils ont eu – et ont encore – un amour sincère. Ils ont l’un et l’autre du chemin à faire, mais ce ne sera pas ensemble. Ils décident donc qu’ils se séparent, mais qu’ils garderont pour eux les raisons de cette fin. Et ils redeviendront de simples condisciples au sein d’une communauté d’étudiants.