Jérôme : Questions de fidélité - Opportunisme

 

Jérôme est très remué par ce qui lui arrive. Il se sent plutôt bien mais perplexe, ne sachant pas quoi dire ni faire dans l’avenir immédiat. Il a bientôt 40 ans, une bonne situation de cadre, une excellente santé, une activité sportive épanouissante, des jeunes enfants merveilleux qu’il adore. Tout va bien pour lui, sauf sa vie sentimentale et sexuelle, compliquée en ce moment. Il a connu Emilie alors qu’il avait 24 ans et elle 23. Ils se sont plu tout de suite et se sont mis en couple peu après. Ce fut pour lui une découverte sexuelle car, malgré le charme qui se dégage de sa personne, il n’avait jamais eu d’expérience sexuelle complète avec d’autres femmes, juste quelques petits flirts. Il n’osa pas avouer à Emilie ce fait qui le rendait plutôt honteux, sachant qu’elle avait déjà eu des relations avec des hommes. Il ne lui en a pas parlé, l’occasion ne s'étant pas présentée. Cela n’empêcha pas le couple d’avoir une sexualité satisfaisante, du moins au début. Ce n’était pas les étreintes torrides, mais de très bons moments pour tous les deux, en harmonie avec le reste de leur vie.

C’est surtout dans la construction qu’ils se sont aimés : construction d’une famille avec deux enfants, construction d’une maison, réseau d’amis, activités en commun, voyages… ils se sont en outre beaucoup aidés l’un l’autre dans le succès professionnel. A 35 ans, Jérôme pouvait donc se sentir comme un homme qui a réussi sa vie. Mais il sentait confusément que quelque chose lui manquait. La vie sexuelle avec Emilie, agréable au début, surtout en tant que découverte, s’est assez vite érodée. Elle et lui ont eu rapidement d’autres préoccupations et leur relation s’est plus construite sur d’autres aspects, fort nombreux. Après la naissance de leur premier enfant, l’activité sexuelle est devenue plus rare et un peu routinière. Après la deuxième naissance, elle est carrément sporadique, et insatisfaisante. Sa compagne lui plaît toujours, il aime la regarder, la toucher, sentir son odeur. Il lui arrive de penser aux ébats d’autrefois qui furent souvent très agréables. Maintenant, elle ne le sollicite plus et lorsqu’il lui montre son désir, elle n’y répond que peu. Elle ne se dérobe pas, ne le repousse pas, mais ne manifeste pas un grand enthousiasme. Les rapports sont rares, intenses mais brefs. Il se rend compte que c’est lui qui est trop rapide, qui ne contrôle pas, mais la rareté de leurs étreintes ne favorise pas les progrès en la matière. Emilie ne se plaint pas, elle est même toujours contente après l’amour. Elle a par ailleurs souvent des gestes tendres, lui met la main sur l’épaule ou lui caresse les cheveux lorsqu’elle passe derrière lui, l’embrasse tous les matins et lorsqu’ils se retrouvent le soir. En public, elle se conduit comme une femme aimante. Il n’a rien à lui reprocher sauf que, visiblement, elle a des centres d’intérêt supérieurs à la vie sexuelle avec son conjoint. Et Jérôme ne se sent pas bien dans sa peau d’homme.

Il a remarqué qu’il ne laissait pas indifférent des femmes qui l’approchent, a eu envie d’aller plus loin et s’est réfréné autant par timidité et peur de l’échec que par fidélité envers sa compagne. Et puis, un jour, il y a eu Sandrine. Il avait remarqué son allure très féminine, ses formes arrondies, sa poitrine avantageuse. Dès leur première rencontre, ils s’étaient plu. Rapidement, elle lui avait fait ses confidences : après une séparation douloureuse, elle se retrouvait toute seule, acceptant la solitude tout en espérant un jour trouver un nouvel amour plus stable que le précédent. Ils avaient passé de longs moments en discussion, jusqu’à ce jour où elle lui proposa de venir chez elle boire le café, où il s’était entendu dire « oui » tout en pensant qu’il ne devrait pas. Il savait confusément qu’il ne résisterait pas à ce que provoquerait l’intimité avec elle. Ils se retrouvèrent vite au lit et ce fut une belle découverte, malgré la gêne que lui provoquait cette rencontre. Les suivantes furent beaucoup plus intenses. Il découvrait ce qu’il n’avait jamais vraiment vécu avec Emilie : une femme envahie par le désir, l’attendant avec une impatience douloureuse et se précipitant dans ses bras, sur sa bouche, sur son sexe. Ce fut vite l’extase.

Situation compliquée ! la suite est au bout du clic